La patate, dix fois plus chère que l’an dernier: les prix vont flamber!

La patate, dix fois plus chère que l’an dernier: les prix vont flamber!

11 janvier 2019, sur Tendances

Les contrats conclus entre producteurs et acheteurs permettent, pour l’heure, de contenir les prix au détail.
Après une année de production 2017-2018 exceptionnelle, les producteurs de pommes de terre ne sont pas à la fête ces derniers mois. La Belgique est particulièrement touchée, avec un rendement inférieur de 35 % à celui de la saison dernière, plus important que la baisse enregistrée par nos pays voisins (-25 %). “Toutefois, force est de constater que la campagne 2017-2018 a permis d’obtenir un rendement record en pommes de terre, avec un prix extrêmement bas sur le marché libre (25 € la tonne). Et une grande partie du marché de la pomme de terre dans l’Union européenne est sous contrat. Le marché du frais et des chips l’est à hauteur de 90 %, celui des frites à hauteur de 60 à 70 %. Ces contrats au kilo permettent de vendre le surplus de production sur le marché libre”, détaille Romain Cools, secrétaire général de Belgapom.
L’avantage, pour le producteur, c’est qu’en optant pour le contrat, il obtient un prix fixe au kilo, ce qui lui permet de vendre plus cher que le prix du marché quand la production est abondante, ce qui fut le cas l’an dernier.
Si, cette année, ce sera bien évidemment l’inverse, c’est en raison de la sécheresse et de la chaleur de l’été dernier, qui n’ont pas permis d’obtenir des rendements suffisants. “La Bintje a été particulièrement touchée. Elle présente de nombreux problèmes de qualité. C’est une variété qui est très sensible à la chaleur et à la sécheresse. Conséquence : les prix sur le marché libre ont flambé, jusqu’à 300 € la tonne, soit plus de 10 fois le prix de la saison dernière.”
On peut dès lors s’attendre à en mesure les incidences à différents niveaux. “Une fois que la part de la récolte vendue sous contrat diminue, cela peut avoir des conséquences sur le marché de la pomme de terre fraîche et sur les produits transformés. Une fois que l’ensemble des contrats seront écoulés, il faudra s’approvisionner sur le marché libre, bien plus cher, et les prix vont alors inévitablement augmenter pour les consommateurs. La question est alors de savoir, une fois que nous serons confrontés à la situation, si les premières pommes de terre de la région méditerranéenne pourront être fournies à temps. En Belgique aussi, tout sera mis en œuvre pour importer les pommes de terre primeurs le plus tôt possible.”
À moyen terme aussi, les conditions climatiques vécues l’été dernier auront un impact sur les productions futures. “La sécheresse et la chaleur ont eu un impact sur la production de plants de pommes de terre, ce qui a entraîné une disponibilité réduite et des prix plus élevés. Par conséquent, les prix contractuels pour 2019-2020 sont au plus haut niveau jamais atteint.”
Et cela ne sera bien entendu pas sans conséquences pour le consommateur. “On s’attend à ce que les prix de la pomme de terre dans le commerce deviennent plus élevés en raison de l’offre et de la demande, bien que cela soit plutôt limité en raison des contrats entre les emballeurs/transformateurs et la distribution. On remarque cependant déjà qu’au second semestre 2018, les pommes de terre fraîches étaient 11 % plus chères pour le consommateur.”
Pas de risque de pénurie
Les distributeurs cherchent déjà des primeurs à l’étranger, à Chypre ou en Israël.
Le stock de pommes de terre belges sera loin d’être suffisant pour combler la demande. “L’effet sur les exportations de pommes de terre fraîches et les importations en provenance de France, des Pays-Bas et d’Allemagne n’est pas négligeable non plus. La question est et restera de savoir à quel moment nous atteindrons le seuil crucial pour les acheteurs et les producteurs en ce qui concerne la limite du prix supérieur de la pomme de terre libre (NdlR : hors contrat, donc). On ne s’attend cependant pas à une pénurie de pommes de terre, bien que certains supermarchés qui coopèrent avec un nombre limité de producteurs aient déjà annoncé que les rayons des magasins ne proposeront pas toutes les variétés durant toute la saison. Ils recherchent d’ailleurs déjà des pommes de terre primeur en provenance d’Israël ou de Chypre” , indique Romain Cools, secrétaire général de Belgapom.
Quant à la qualité de la récolte 2018, elle reste tout à fait acceptable. “Les tubercules sont plus petits et les frites sont donc plus courtes. Ce qui est à l’avantage des consommateurs car il y a donc plus de frites dans un paquet qu’avec des frites longues. Le goût et la teneur en matière sèches sont bons. Les tubercules de moins bonne qualité (dits vitreux) sont achetés par les emballeurs.”
En définitive, les producteurs devraient pouvoir traverser cette crise en raison du respect des contrats passés avec leurs clients. “C’était également le cas l’an passé, lorsque les pommes de terre sous contrat étaient beaucoup plus chères que sur le marché libre. Cette année, c’est l’inverse. Les consultations entre les organisations agricoles et Belgapom ont entraîné une réduction des normes de qualité acceptées, de sorte que les pommes de terre non conformes à la norme ont été acceptées. Si le producteur ne peut pas fournir suffisamment, des accords ont aussi été conclus en fonction des saisons à venir. Car même si le producteur peut choisir parmi plusieurs formules pour commercialiser sa récolte (contrats, marché libre, pools ou même marché à terme), il est bien entendu tenu de respecter les accords des contrats.”

  • Les vraies pâtes à la carbonara

    Recettes les plus appréciées

    797

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Roulades d'aubergines à la mozzarella, sauce tomatée

    Recettes les plus appréciées

    452

    • Total

    • 20 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Boulettes de viande farcies à la mozzarella, frites bio à l'huile d'olive

    Recettes les plus appréciées

    384

    • Total

    • 40 mins

    • CUISSON

    • 30 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Une salade dans son bol de parmesan

    Recettes les plus appréciées

    295

    • Total

    • 30 mins

    • CUISSON

    • 4 mins

    • Abordable
    • Facile
  • Croque-monsieur roulé, pesto à la pistache

    Recettes les plus appréciées

    279

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 5 mins

    • Bon marché
    • Facile