Que mangent les Diables rouges? Du bio, des crêpes et de la… pizza!

Que mangent les Diables rouges? Du bio, des crêpes et de la… pizza!

26 mars 2018, sur Manger mieux, Tendances

L’alimentation a un rôle de plus en plus important en équipe nationale.
Food first. Les nutritionnistes des Diables Rouges ont cette philosophie de la nourriture de qualité avant de penser en termes de compléments alimentaires, de boissons isotoniques et de shake de récupération.

Pour Nicolas Paraskevopoulos, l’homme qui conseille les Diables sur leur alimentation, on pense souvent à l’envers en voulant tout solutionner à coups de compléments alimentaires.

« Avoir un régime équilibré au quotidien est la base. Ensuite, il faut penser aux aliments adaptés à la pratique du sport. Les compléments alimentaires viennent après. »

Philippe Rosier (responsable de la diététique à l’Union belge) et Nicolas Paraskevopoulos se considèrent comme le lien entre le staff médical et l’équipe qui turbine en cuisine. « Lesjoueurs sont pesés tous les trois jours et leur taux de masse graisseuse est calculé. Nous recevons les données des GPS et les conseils du staff. Nous trouvons ensuite les meilleurs dosages en termes de nourriture pour apporter au joueur ce dont il a besoin », explique Rosier.

Chaque repas, chaque dose est calculée. « Leur hydratation est également testée pour vérifier s’ils ont besoin d’un complément à ce niveau-là. »

Que mange-t-on entre les matches ?

À leur arrivée, les nutritionnistes des Diables ont pris le pli d’élargir le choix des joueurs en termes de nourriture. « Nous voulions donner plus de liberté dans les menus tout en maintenant l’accent sur la santé et la récupération avec des légumes et des produits riches en protéines », explique Paraskevopoulos.

Quatre piliers de la nutrition doivent être respectés : l’hydratation, l’énergie, la construction musculaire et la protection. « Et chacun peut être rempli grâce à la nourriture », continue Paraskevopoulos. « Il faut, par exemple, des glucides pour l’énergie et on en trouve dans les féculents. Ils sont toujours présents dans les repas mais à différentes doses. Si les gars ont eu deux entraînements ou s’ils ont eu une session particulièrement intensive, nous leur donnons plus de kcal. »

Les Diables peuvent donc parfois se laisser aller à des écarts. « Il peut y avoir des pizzas, de la lasagne ou même des hamburgers au menu », sourit le nutritionniste. « Après, ce sont de petites quantités et tout est adapté pour que ce soit sain. Un hamburger avec du pain complet, une bonne viande et pas de sauce peut être impeccable. »

Pour des rassemblements plus longs, comme des grands tournois, les spécialistes de la nourriture ont également leurs astuces. « Tu ne peux pas demander aux gars de manger la même chose durant 45 jours. Donc on organise des soirées thématiques. Le repas doit devenir un lieu de discussion. »

Que mange-t-on avant un match ?

Les 24 heures qui précèdent un match sont différentes du reste de la semaine.

Plus structurés, moins variés, les repas sont plus traditionnels avec beaucoup de féculents au menu. « L’accent est principalement mis là-dessus la veille mais également le jour du match. Nous évitons les légumes et la viande rouge car leur digestion est longue et coûte de l’énergie. »

Des tests d’hydratation sont également effectués afin de doser les boissons avec les compléments fournis par Herbalife. « Des boissons isotoniques et des gels sont également utilisés par certains durant le match. Pareil pour les boissons disponibles à la pause. »

À la fin du match, un repas est directement distribué au joueur. « Des salades de pâtes », précise Rosier. « Et chacun reçoit une boisson de récupération disposée sur son siège dans le bus. Et on utilise parfois les boissons de nos sponsors mais il faut parfois alterner avec des smoothies qu’on prépare nous-même. Des shakers de récup tous les jours, ça lasse. »

« On teste les jeunes avec des pots de chocolat »

La nutrition est de plus en plus importante à l’Union belge. Même chez les jeunes.

« Le choix en termes de nourriture est bien plus large qu’avant », se targue Nicolas Paraskevopoulos.

Philippe Rosier, qui chapeaute tout cela, explique que l’éducation à la nourriture se fait dès le plus jeune âge. « On essaie de leur construire une base. On met d’ailleurs parfois du chocolat à table pour observer leur manière de se servir. C’est une sorte de test. Prendre une tartine de chocolat n’est pas un souci, hein. On ne veut pas les rendre fous. Mais il faut savoir comment se servir. »

La nourriture amenée en Russie

Comme au Brésil, les Belges auront de la nourriture du pays pendant le Mondial.

Bien manger durant une longue compétition est crucial. Les Diables Rouges vont vivre leur seconde Coupe du Monde de rang et, comme au Brésil, leurs repas arriveront en direct de la Belgique. « C’était très compliqué au Brésil », explique Philippe Rosier, responsable de l’alimentation au niveau de la fédération. « Nous avions surtout peur de la contamination vu le long trajet. »

Rosier et d’autres membres de son staff sont arrivés juste avant ce premier grand rendez-vous pour les Diables. Depuis, l’équipe est bien en place avec trois chefs, Nicolas Paraskevopoulos qui s’occupe des Diables, un nutritionniste pour toutes les équipes féminines et Rosier en G.O., comme il se désigne lui-même.

« Et notre travail est de plus en plus poussé », explique Paraskevopoulos. « Il faut dire aussi que les joueurs sont de plus en plus habitués à travailler avec des spécialistes de l’alimentation au quotidien. Nous sommes d’ailleurs en étroite collaboration avec les clubs et les régimes qu’ils mettent en place. Certains joueurs apportent d’ailleurs leurs propres produits auxquels ils sont habitués en club. »

Chaque joueur a été interrogé sur ses préférences alimentaires et sur ce qu’il ne souhaite pas voir arriver dans son assiette. Le tout, pour préparer au mieux la prochaine grande échéance : la Coupe du Monde.

« Nous ne pouvons pas encore trop en dire sur ce qui va être mis en place pour la Russie mais les produits viendront de Belgique », explique Rosier. « A priori avec des véhicules spéciaux pour garder tout au frais. »

Une nouveauté au menu: des crêpes avant le match

Avant les matches, les joueurs ne mangent que des pâtes ou du riz. Une vieille rengaine qui n’est plus totalement vraie. Les nutritionnistes des Diables Rouges ont décidé d’aller plus loin et de trouver de nouvelles sources d’énergie.

“Nous essayons de varier les féculents”, expose Nicolas Paraskevopoulos. “Les joueurs ont besoin d’énergie et il est difficile d’en avoir assez uniquement avec des pâtes ou du riz. Ou alors il faut vraiment ingurgiter de grosses quantités.”

Les joueurs sont donc autorisés à manger des crêpes ! “Cela fait sourire mais, avec une crêpe et un peu de sucre brun, ils font le plein de glucides avant une rencontre. C’est toujours plus chouette pour eux de manger ça que davantage de pâtes. Et c’est super facile à digérer.”

La recette est toutefois adaptée à leurs besoins. “Il y a beaucoup moins de matières grasses et les joueurs ne couvrent pas la crêpe de chocolat. Ils ne peuvent pas non plus en prendre vingt. Ils sont surveillés à ce niveau-là.”

Romain Van der Pluym

  • Les vraies pâtes à la carbonara

    Recettes les plus appréciées

    797

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Roulades d'aubergines à la mozzarella, sauce tomatée

    Recettes les plus appréciées

    452

    • Total

    • 20 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Boulettes de viande farcies à la mozzarella, frites bio à l'huile d'olive

    Recettes les plus appréciées

    385

    • Total

    • 40 mins

    • CUISSON

    • 30 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Une salade dans son bol de parmesan

    Recettes les plus appréciées

    295

    • Total

    • 30 mins

    • CUISSON

    • 4 mins

    • Abordable
    • Facile
  • Croque-monsieur roulé, pesto à la pistache

    Recettes les plus appréciées

    279

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 5 mins

    • Bon marché
    • Facile