Festival de promotions sur la viande de porc!

Festival de promotions sur la viande de porc!

1 octobre 2018, sur Manger mieux

Dans la grande distribution, la viande de porc est passée à la moulinette…

Denis Ducarme poussait un coup de gueule dans La Dernière Heure, samedi dernier, en s’en prenant aux supermarchés qu’il n’hésitait pas à qualifier de prédateurs. « Il y a trois semaines, avant la crise, le prix du porc était de 1,02 euro le kilo. Entre-temps, il est passé à 86 centimes, soit 16 centimes de moins. C’est en dessous du seuil de rentabilité pour les producteurs. Compte tenu de la situation, nous pensions que le secteur de la distribution aurait une attitude responsable et solidaire. Cela n’a pas été le cas. Je le dis clairement : c’est une honte ! Je n’ai pas peur de donner des noms : Intermarché opère actuellement des promotions de 10 à 60 % sur la viande de porc. C’est une action qui tend à tirer les prix vers le bas ! Mais tout le secteur de la distribution n’est pas à loger à la même enseigne », s’indignait-t-il.
Chez Carrefour, samedi, de grandes affiches mettaient en avant un rabais de 40% sur la viande de porc également. Une promo qui ne figurait pas dans le folder, mais pas opportuniste pour autant, assure Baptiste van Outryve, porte-parole de Carrefour. « En réalité, c’est une promotion qui avait été décidée depuis plusieurs semaines, avant le début de la crise liée à la peste porcine. Elle fait partie de notre nouvelle stratégie Act For Food, destinée à favoriser la transition alimentaire. C’est pourquoi cette promotion était liée à notre porc de Filière Qualité Carrefour. » Quant à savoir si Carrefour a demandé à ses partenaires éleveurs de brader leur marge, la réponse est tout aussi catégorique: « non, ce n’est absolument pas le cas. Nous avons pris sur nos marges propres, pas sur celles des éleveurs. »
Si toutes les mesures sont prises dans la grande distribution pour éviter que de la viande contaminée soit mise en rayon, même si elle ne présente aucun risque pour la santé, on pourrait penser que le consommateur commence à se méfier, et achète moins de viande porcine. « On n’a pas remarqué de baisse dans les volumes de vente », enchaîne Baptiste van Outryve. « Les consommateurs restent confiants et consomment tout autant qu’avant. D’ailleurs, si ce n’était pas le cas, on remarquerait un transfert vers la viande de veau ou de poulet, ce qui n’est pas le cas non plus. » Les abattages préventifs ne devraient pas davantage entraîner une quelconque pénurie. « Il ne s’agit que de 4.000 porcs, ce qui n’est rien par rapport aux volumes que nous écoulons dans la grande distribution. De plus, il faut signaler que la très grande majorité de viande de porc que nous vendons provient du nord du pays. Loin du foyer de peste porcine donc, ce qui est rassurant pour tout le monde. »

V. S.

  • Les vraies pâtes à la carbonara

    Recettes les plus appréciées

    642

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Roulades d'aubergines à la mozzarella, sauce tomatée

    Recettes les plus appréciées

    371

    • Total

    • 20 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Boulettes de viande farcies à la mozzarella, frites bio à l'huile d'olive

    Recettes les plus appréciées

    333

    • Total

    • 40 mins

    • CUISSON

    • 30 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Une salade dans son bol de parmesan

    Recettes les plus appréciées

    234

    • Total

    • 30 mins

    • CUISSON

    • 4 mins

    • Abordable
    • Facile
  • Croque-monsieur roulé, pesto à la pistache

    Recettes les plus appréciées

    228

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 5 mins

    • Bon marché
    • Facile