Epices: une sur deux est médiocre!

Epices: une sur deux est médiocre!

31 août 2018, sur Manger mieux

Safrans, poivres, piments, currys et curcumas sont les épices présentant le plus d’anomalies, que ce soit dans la composition ou dans l’étiquetage

Une enquête réalisée par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), en France, révèle que plus de la moitié des épices commercialisées dans le commerce sont de piètre qualité. Pas moins de 181 échantillons ont été analysé et 51% révélaient des anomalies. Ce sont surtout les safrans (81%), les poivres (59%), les paprikas et piments (54%), les currys et curcumas (41%) qui semblent touchés. Des taux impressionnants, mais à tempérer cependant, dans la mesure où les experts ont principalement ciblé les produits à risques.
Alors, comment ne pas se faire avoir? Le premier conseil à suivre est d’éviter les épices en vrac (telles qu’on les vends sur les marchés). Elles sont en effet souvent polluées par les poussières, voire les éternuements des gens. Les règles d’hygiène semblent bien peu souvent respectées.
De plus, les épices contiennent des essences fragiles et volatiles, s’évaporant facilement à l’air libre. Mieux vaut donc opter pour des récipients fermés hermétiquement.
On constate aussi que, faute de législation très stricte en la matière, les mélanges de produits de faible qualité et les indications géographies erronées sont nombreux.
L’âge des épices est aussi une donnée importante. Or, la majorité des poivres qu’on retrouve dans les commerce ont plus de 5 ans. L’épice révèle toutes ses saveur quand elle est fraîche. Alors comment s’y repérer. L’odorat est un premier indice. Si elle ne dégage pas de saveur particulière et prononcée, l’épice n’est pas de bonne qualité. Au goût aussi, une dominante piquante est à éviter. Quant au prix, les bonnes affaires n’existent pas. Ce qui ne veut pas dire que plus l’épice est chère, meilleure elle sera.
Enfin, l’idéal est de pouvoir les acheter entières. Vous aurez alors la garantie de consommer un produit non mélangé et vous pourrez plus facilement jauger de sa fraîcheur (goût et odorat). Se diriger vers les magasins spécialisés est aussi une manière d’obtenir des renseignements traduisant sa qualité. Si l’épicier sait vous renseigner sur la date de récolte de l’épice, c’est déjà un premier signe de qualité. Fiez vous ensuite à vos sens, vous repérerez immédiatement des odeurs et des saveurs qui vous semblent inconnues, même pour les épices les plus classiques…

V. S.

  • Les vraies pâtes à la carbonara

    Recettes les plus appréciées

    598

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Roulades d'aubergines à la mozzarella, sauce tomatée

    Recettes les plus appréciées

    344

    • Total

    • 20 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Boulettes de viande farcies à la mozzarella, frites bio à l'huile d'olive

    Recettes les plus appréciées

    312

    • Total

    • 40 mins

    • CUISSON

    • 30 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Croque-monsieur roulé, pesto à la pistache

    Recettes les plus appréciées

    216

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 5 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Une salade dans son bol de parmesan

    Recettes les plus appréciées

    213

    • Total

    • 30 mins

    • CUISSON

    • 4 mins

    • Abordable
    • Facile