Manger trop souvent au resto nuit à votre santé

Manger trop souvent au resto nuit à votre santé

30 mars 2018, sur Manger mieux, Tendances

Si l’on aime tous s’offrir un bon petit resto de temps en temps, en prendre l’habitude aurait de lourdes conséquences sur notre santé, surtout pour le femmes enceintes et les jeunes.

C’est ce que révèle une nouvelle étude américaine, arguant que manger dans les fast-foods et cafétérias nous exposerait à des produits chimiques potentiellement nocifs pour notre santé, phtalates en tête, classés parmi les perturbateurs endocriniens.

Certes, rien ne vaut un bon repas maison, mais y a-t-il réellement du mal à se faire du bien? Oui, si l’on croit les résultats de cette étude menée par des chercheurs de l’Université George Washington, dont les résultats ont été publiés dans la revue Environment International.

Si l’on s’expose autant aux produits nocifs, ce n’est pas tant par la qualité des aliments utilisés, mais parce que les produits chimiques que l’on ingère, dont les phtalates, proviennent majoritairement des matériaux d’emballage et de traitement des aliments

Cette étude est la première à comparer l’exposition aux phtalates chez des sujets ayant déclaré dîner au restaurant à d’autres privilégiant les repas pris à la maison. Et, selon les chercheurs, les personnes qui ont déclaré consommer plus de repas à l’extérieur affichent des niveaux d’exposition aux phtalates près de 35% supérieurs à ceux ayant consommé des aliments achetés à l’épicerie.

« Cette étude suggère que les aliments préparés à domicile contiennent moins de phtalates, de produits chimiques liés aux problèmes de fertilité, de complications de grossesse et d’autres problèmes de santé », explique Ami Zota, Professeure adjointe de santé environnementale et professionnelle à l’École de santé publique de l’Institut Milken à l’Université George Washington. « Nos résultats suggèrent que le fait de manger au restaurant pourrait être une source d’exposition aux phthalates importante et auparavant méconnue pour la population américaine. »

Des données analysées après avoir collecté les renseignements de plus de 10.000 personnes sur les repas pris au cours des 24 dernières heures. Au total, 61% des participants ont déclaré avoir dîné au restaurant la veille. Les résultats montrent que l’exposition aux phtalates chez ces sujets est significative pour tous les groupes d’âge, mais touche en particulier les adolescents, qui présentent un taux de phtalates 55% plus important que ceux ayant dîné à la maison.

Pour le Dr Julia Varshavsky, auteure principale de l’étude, il est « important de trouver des moyens de limiter » l’exposition aux phtalates, notamment celle des femmes enceintes, des enfants et des adolescents, qui sont les « plus vulnérables aux effets toxiques des produits chimiques hormonoperturbants ».
V. S.

  • Les vraies pâtes à la carbonara

    Recettes les plus appréciées

    797

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Roulades d'aubergines à la mozzarella, sauce tomatée

    Recettes les plus appréciées

    452

    • Total

    • 20 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Boulettes de viande farcies à la mozzarella, frites bio à l'huile d'olive

    Recettes les plus appréciées

    385

    • Total

    • 40 mins

    • CUISSON

    • 30 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Une salade dans son bol de parmesan

    Recettes les plus appréciées

    295

    • Total

    • 30 mins

    • CUISSON

    • 4 mins

    • Abordable
    • Facile
  • Croque-monsieur roulé, pesto à la pistache

    Recettes les plus appréciées

    279

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 5 mins

    • Bon marché
    • Facile