D’Eugénie à Emilie : merci pour ce moment

D’Eugénie à Emilie : merci pour ce moment

28 juin 2018, sur Au Resto

Eric Fernez justifie pleinement son titre de Chef de l’année dans son restaurant gastronomique doublement étoilé à Baudour.
Un titre de « chef de l’année 2018 » décerné par le guide Gault et Millau, cela place d’emblée la barre très haut. Les papilles attendent de l’exceptionnel, les yeux d’être transportés. Bref, c’est quasi un rendez-vous amoureux. Eric Fernez, pas encore la soixantaine, a certes décroché la timbale avec cette distinction qu’un chef ne peut recevoir qu’une fois dans sa carrière mais il n’a pas varié d’un iota sa manière de travailler les produits, de peaufiner les sauces, de choisir les vins (ici le forfait vaut vraiment le détour même si la carte regorge de splendides bouteilles), de faire plaisir aux clients.
« Je suis content du retour à la qualité des produits nobles, à la cuisine plus traditionnelle où la sophistication s’est peu à peu étiolée, dit-il. Il n’y a pas si longtemps j’avais l’impression d’être ringard. » Aujourd’hui, il est à la mode, du moins il a le vent en poupe car sa cuisine séduit, épate, enchante. Deux étoiles au Michelin depuis 2016 et un splendide 17.5/20 au Gault et Millau, le chef au physique de rugbyman, récemment grand-père et à l’approche 100% naturelle a investi la place de la résistance à Baudour (dans la proche banlieue de Mons) dans un établissement de haut vol. Atmosphère chaleureuse avec un éclairage tamisée, un personnel de qualité aux petits soins sans être intrusif.
Après avoir taillé une bavette à l’apéro avec Eric Fernez en personne, place au récital. Il suffit de se laisser guider par cette symphonie dont notre mémoire gustative est encore imprégnée plusieurs semaines plus tard. Lors de notre passage, gros turbot sauvage avec beurre de tomate épicé, timbale printanière avec grenouilles et girolles, veau du pays à la cuisson divine, chariot de fromages et dessert où la rhubarbe est reine. Le chef a absolument tenu à nous faire goûter sa dame blanche maison dont la crème fraîche nous fait encore saliver. Aucun temps mort pour une soirée qui ne s’oublie pas.
« J’ai la fierté d’accueillir des maîtres comme Pierre Wijnants (Comme chez soi) et Jean-Pierre Bruneau et qu’ils retournent heureux après avoir mangé chez moi. C’est une reconnaissance. » Preuve s’il en est qu’il a bien fait de persister dans la cuisine traditionnelle de qualité et d’éviter les diktats du moment.
D’accord, la qualité, surtout de ce niveau, a un prix. Le menu classique et découverte est à 115 euros, l’Epicure (le top du top) à 215 euros. D’Eugénie à Emilie, c’est le restaurant par excellence pour une belle occasion, un anniversaire, une demande en mariage. Bref pour une belle occasion. Ou simplement pour se faire plaisir ou faire plaisir.
Homme d’affaires et papa poule, Eric Fernez a gardé sa fille Emilie près de lui puisqu’elle dirige le Faitout situé… en face du resto gastro (14/20 au Gault et Millau et une belle cuisine de brasserie). Autre adresse cousine : la Marelle à Blagneries.

Jean-Marc Ghéraille

D’Eugénie à Emilie
Place de la Résistance 1
7331 Baudour Tél : 065.61.31.70

  • Les vraies pâtes à la carbonara

    Recettes les plus appréciées

    603

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Roulades d'aubergines à la mozzarella, sauce tomatée

    Recettes les plus appréciées

    348

    • Total

    • 20 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Boulettes de viande farcies à la mozzarella, frites bio à l'huile d'olive

    Recettes les plus appréciées

    316

    • Total

    • 40 mins

    • CUISSON

    • 30 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Croque-monsieur roulé, pesto à la pistache

    Recettes les plus appréciées

    218

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 5 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Une salade dans son bol de parmesan

    Recettes les plus appréciées

    217

    • Total

    • 30 mins

    • CUISSON

    • 4 mins

    • Abordable
    • Facile