Gouy-lez-Piéton: le végétal au cœur de l’assiette au restaurant Mont-à-Gourmet

Gouy-lez-Piéton: le végétal au cœur de l’assiette au restaurant Mont-à-Gourmet

10 mai 2018, sur Au Resto

Le chef du Mont-à-Gourmet magnifie le potager et les produits de son terroir

Il vient d’avoir 30 ans mais son curriculum vitæ « étoilé » donne à lui seul l’eau à la bouche : Nicolas Tournay a fait ses premiers pas derrière les fourneaux de l’Essentiel, avant de passer par le Prieuré Saint-Géry de Vincent Gardinal et, plus récemment, de devenir le chef pâtissier de Stéphanie Thunus, au Gré du Vent à Seneffe.

Lorsqu’en 2016, Arnaud Hamoline décide d’apporter du sang frais au Mont-à-Gourmet, table réputée de Gouy-lez-Piéton, c’est donc vers ce jeune orfèvre de la cuisine qu’il se tourne. Et, dégustation à l’appui, le challenge est réussi !

Si la douceur de la météo le permet, l’apéritif se prend en terrasse, au milieu des herbes aromatiques qui agrémenteront plus tard vos assiettes. Une bulle aux saveurs fraîches de cerises ou un vin blanc du pays accompagnent parfaitement les trois mises en bouche. Velouté d’asperges et épices, œuf toqué et biscuit à la terrine de brochet : le ton est donné.

Attentif sans être oppressant, le personnel de salle entame la farandole gustative par un choix de petits pains frais maison. Cinq entrées et cinq plats sont à la carte, qui change toutes les quatre semaines, mais l’inventivité du chef permet de contourner toutes les intolérances alimentaires, jusqu’à proposer un menu végétarien allant jusqu’à huit services. Du potager, Nicolas Tournay est devenu le druide, lui qui privilégie le circuit court, l’agriculture raisonnée et éco-responsable. C’est ainsi que Ben et Julie, de la « Tête dans les Salades » à Pont-à-Celles fournissent les légumes au restaurant. « Les agneaux d’André Mabille arrivent entiers dans mes cuisines. J’ai été élevé par un père boucher, ce qui me permet de détailler la viande et d’en utiliser toute la matière. »

Vous salivez déjà ? Voici un extrait de ce que l’on peut déguster au Mont-à-Gourmet. En entrée, nous avons opté pour la morille, grattons de ris de veau, oignons de Roscoff et pomme de terre. Un mets à se pâmer, même si les langoustines bretonnes aux mille-feuilles de radicchio, ail des ours et œuf en texture nous faisaient de l’œil. Le plat était tout aussi équilibré que savoureux : la ballotine de volaille de la ferme chaussée aux langoustines, safran de Cotchia, rösti et asperges de Liberchies ne laissent pas indifférent. Que dire alors du retour de pêche (barbue lors de notre visite), asperges, sauce curry, épinards et petits pois.

Pour les vins, laissez-vous porter par la sélection maison, issue quasi exclusivement de l’Hexagone. Le patron se fournit chez un caviste de Seneffe qui sait dénicher de petites perles. Et pour terminer le repas, le choix est cornélien : soit un dessert mitonné par Nicolas Tournay, pour qui la pâtisserie n’a plus de secret, soit un plateau de fromages du pays quasi exhaustif. Bref, il faudra revenir…

F.D.

  • Les vraies pâtes à la carbonara

    Recettes les plus appréciées

    743

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Roulades d'aubergines à la mozzarella, sauce tomatée

    Recettes les plus appréciées

    425

    • Total

    • 20 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Boulettes de viande farcies à la mozzarella, frites bio à l'huile d'olive

    Recettes les plus appréciées

    367

    • Total

    • 40 mins

    • CUISSON

    • 30 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Une salade dans son bol de parmesan

    Recettes les plus appréciées

    272

    • Total

    • 30 mins

    • CUISSON

    • 4 mins

    • Abordable
    • Facile
  • Croque-monsieur roulé, pesto à la pistache

    Recettes les plus appréciées

    260

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 5 mins

    • Bon marché
    • Facile