Petit tour dans la gastronomie italienne de Luigi Antonaci, à Dampremy

Petit tour dans la gastronomie italienne de Luigi Antonaci, à Dampremy

10 mai 2018, sur Au Resto

Le restaurant Le Recommandé remet le couvert, après une fermeture de plusieurs mois.

Rue Julien Schmidt, à Dampremy. On est à l’un des endroits les plus mal famés de Charleroi, et le terrain vague, envahi de déchets, quelques mètres plus bas, ne dit rien qui vaille. Pourtant, c’est là que se trouve le petit restaurant italien du chef Luigi Antonaci, qui ne paye pas de mine vu de l’extérieur. Mais ça, les connaisseurs ne le savent que trop bien.

Après avoir dû fermer mi-novembre pour des problèmes de santé, le chef à l’accent qui sent bon le soleil des Pouilles est de retour à la barre du « Recommandé ». Derrière les petits fourneaux de sa cuisine en salle, il reprend du service, sauf les lundis et mardis, pour proposer sa cuisine italienne « d’avant-garde », comme il dit.

Pas question ici de se gaver de crème fraîche, n’espérez pas non plus trouver des pâtes ou des pizzas. Ce qui intéresse Luigi, c’est la gastronomie. « Des produits frais, que je sélectionne à la pièce. Rien n’est préparé à l’avance. L’Italie ne rime pas qu’avec pâtes, spaghettis, osso bucco ou lasagnes. Mon idée a toujours été de proposer des choses qu’on ne trouve pas ailleurs. » Au fil des ans, il a d’ailleurs gagné plusieurs prix, divers et variés, mais il faut regarder les cadres au mur pour s’en rendre compte : lui n’en pipe pas un mot.

Il est seul, avec sa fiancée Laurence, à diriger son restaurant d’une poigne de fer, avec son tempérament d’homme du Sud et sa mauvaise humeur très sympathique. « Le client est roi, mais un roi doit régner avec dignité et justice. Si on vient chez moi, c’est pour prendre le temps de manger. Et pour bien manger, il faut me donner le temps de préparer. Je demande d’ailleurs aux clients de ne pas prendre plus de trois plats différents sur une table : je dois pouvoir suivre, moi, en cuisine. »

Si on ne peut s’empêcher de recommander « Le Recommandé », le nom vient en fait de la poste, qui se trouvait en face il y a quelques années. Luigi avait pensé à appeler son petit coin d’Italie « Le café du facteur », d’ailleurs. Parce qu’avant d’être la perle qu’il est aujourd’hui, le lieu était un petit café à serveuses, le Rodéo. Luigi l’avait ouvert juste après son arrivée sur le sol belge, en 1979. L’autre moitié du bâtiment était « le Vésuve », déjà un restaurant italien. Puis Luigi a fait des pizzas au feu de bois à 100 francs, durant les quelques années de « Ou Sole Mio », avant de revenir à son amour : la gastronomie italienne.

Et ça fonctionne : le tout Charleroi est passé chez lui, dans l’ambiance intime de la petite salle où il n’y a que six tables. Malgré les récompenses, malgré les gens de pouvoir ou d’influence, Luigi s’inquiète toujours de sa cuisine, et de sa clientèle. Et si on prend le temps de l’écouter un instant, on est conquis.

50-60 €: Comptez cette fourchette par personne, boissons comprises. Le midi, des « lunchs » sont proposés à 29 € le menu 3 services, ou 50 € pour la formule tout compris.
JVK

  • Les vraies pâtes à la carbonara

    Recettes les plus appréciées

    262

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Boulettes de viande farcies à la mozzarella, frites bio à l'huile d'olive

    Recettes les plus appréciées

    187

    • Total

    • 40 mins

    • CUISSON

    • 30 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Roulades d'aubergines à la mozzarella, sauce tomatée

    Recettes les plus appréciées

    168

    • Total

    • 20 mins

    • CUISSON

    • 10 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Croque-monsieur roulé, pesto à la pistache

    Recettes les plus appréciées

    127

    • Total

    • 15 mins

    • CUISSON

    • 5 mins

    • Bon marché
    • Facile
  • Une salade dans son bol de parmesan

    Recettes les plus appréciées

    120

    • Total

    • 30 mins

    • CUISSON

    • 4 mins

    • Abordable
    • Facile